89. Dieu révèle la vocation de l’Homme

miséricorde divine27/09/2014
Dans ce rêve je roulais en vélo, puis le vélo tomba en panne, soudain je vis une voiture avancer vers moi lentement et la conductrice était inconsciente, allongée sur sa chaise, ses cheveux noirs, courts, sur son visage.
Je mis le frein à main et essayai de la réveiller en l’appelant et lui tapant sur l’épaule mais en vain.  Je ne savais pas quoi faire et le premier réflexe que j’eus était de vouloir appeler une ambulance.
Soudain cette première partie du rêve s’arrêta puis je me trouvai dans une autre pièce.
Un ange sous l’apparence d’un homme, la trentaine, du Ciel (Paradis) me disait :
« Et dans ce cas là tu es né pour puiser l’eau de la vie que dessert l’eau du robinet » (eau bénite)
-Fin du rêve-

>Traduisons d’abord la phrase de l’ange: « Dans cette situation d’urgence, ta vocation, ce pourquoi tu as été créé, est de venir puiser directement les grâces de Dieu en Jésus Christ, la seule source de miséricorde que l’eau bénite elle même sert » (En effet l’eau bénite sert Dieu et est l’eau du fleuve qui est donné à l’homme à travers le prêtre qui est un canal pour déverser l’eau vive de Dieu mais cette eau bénite n’est pas la source, elle vient du fleuve qui vient lui même de la source qui est Jésus.)
En effet la veille je m’étais confessé et après je m’étais lavé les mains à l’eau bénite contenu dans un récipient de l’église dans laquelle j’étais à ce moment là en disant à Dieu « voilà mes mains sont propres de tous péchés » alors qu’en réalité c’est la source, donc le sang de Jésus qui me lave de mes péchés, je le savais mais bon, dans un soucis d’être vraiment convaincu que j’étais pardonné après ma confession je m’étais aussi lavé les mains à l’eau bénite, allez savoir pourquoi…
A travers ce rêve l’ange voulait me faire comprendre que l’eau bénite ne fait que servir Dieu (exemple des guérisons par l’eau bénite de Lourdes), mais que Dieu m’appelais à venir me servir directement à la source qu’est Jésus pour répandre directement ses grâces.

Dans ce rêve Dieu voulait me faire comprendre, face à une situation d’urgence mettant en scène une personne mourante ou blessé que le premier réflexe à avoir était de faire appel au guérisseur suprême qu’est Jésus et non pas de faire appel à la « Terre », c’est à dire aux moyens humains qui ne sont pas forcément une assurance de guérison.
En effet, il est manifeste maintenant, que Dieu m’a donné le don de guérison (voir rêves 6,40,47,52,59, etc…), il m’appelle donc à m’en servir et à avoir foi en ce don en venant puiser les grâces de Jésus à travers sa parole (l’évangile), sa passion (rosaire), son corps (messe) la prière, l’adoration.
Dans ce rêve le fait que je voulu dans un premier temps avoir recours aux moyens terrestres pour sauver cette dame car je n’en voyais pas d’autres reflétait bien mon manque de foi en Dieu et en sa volonté pour moi de guérir miraculeusement au nom de Jésus.
L’ange de Dieu m’indique ce pourquoi je suis né, ceux pourquoi nous sommes tous né, pour puiser dans l’eau de la vie, dans la source ultime qu’est Jésus. De cette manière nous pourrons répandre ses grâces, en fonction du don qui nous est attribué par Dieu selon sa volonté.

1 Corinthiens 12 : « Il y a diversité de dons, mais le même Esprit; diversité de services, mais le même Seigneur; diversité d’actes, mais le même Dieu qui accomplit tout en tous.
Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour le bien de tous.
En effet, à l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse; à un autre une parole de connaissance, selon le même Esprit; à un autre la foi, par le même Esprit; à un autre des dons de guérisons, par le même Esprit; à un autre la possibilité de faire des miracles; à un autre la prophétie; à un autre le discernement des esprits; à un autre diverses langues; à un autre l’interprétation des langues.
Mais toutes ces choses, c’est un seul et même Esprit qui les accomplit, en les distribuant à chacun en particulier comme il le veut. »

Jean 4 (La Samaritaine) : Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit: Donne-moi à boire.
Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. – Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive.
Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond; d’où aurais-tu donc cette eau vive? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux?
Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.
La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici.
[…] La femme lui dit: Je sais que le Messie doit venir celui qu’on appelle Christ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle.

Le Petit Journal de Sainte Faustine: Je donne aux hommes un vase – dit Jésus à soeur Faustine – avec lequel ils doivent venir puiser la grâce à la source de la miséricorde. Ce vase, c’est cette image avec l’inscription: Jésus, j’ai confiance en Toi. (327) Par cette image j’accorderai beaucoup de grâces aux âmes, que chaque âme ait donc accès à elle. (570) Je promets que l’âme qui honorera cette image ne sera pas perdue. le lui promets aussi la victoire sur ses ennemis dès ici-bas, et spécialement à l’heure de la mort, moi-même, je la défendrai comme ma propre gloire. (48)

Les flammes de la miséricorde me brûlent, je désire les déverser sur les âmes humaines. Oh! quelle douleur elles me causent, quand elles ne veulent pas les recevoir (… ). Dis à l’humanité endolorie de se blottir dans mon coeur miséricordieux et je la comblerai de paix. (1074) L’humanité ne trouvera pas la paix tant qu’elle ne se tournera pas avec confiance vers ma miséricorde. (300)

Parle au monde de ma miséricorde, que l’humanité entière apprenne à connaître mon insondable miséricorde. C’est un signe pour les derniers temps, après viendra le jour de la justice. Tant qu’il en est temps, que les hommes aient recours à la source de ma miséricorde, qu’ils profitent du sang et de l’eau qui ont jailli pour eux. (848) Avant de venir  comme juge équitable, j’ouvre d’abord toutes grandes les portes de ma miséricorde. Qui ne veut pas passer par la porte de ma miséricorde, doit passer par la porte de ma justice… (1146)

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *